« Anneau des Sciences » : lettre ouverte de Roland Crimier à François-Noël Buffet

Dans une interview sur l’Anneau des Sciences publiée sur le site de Lyon Capitale le 17 février, monsieur Buffet propose je le cite « une voie intermédiaire qui pourrait être la voie de la raison, sans être présomptueux » . Pour ma part je n’y vois pas la « raison » contre la « passion », mais surtout une posture de saison ! Si je respecte les opinions de chacun, je dénonce la mauvaise foi et la démagogie électoraliste qui caractérise les propos tenus dans cet article. 

Je rappellerai quelques éléments factuels : 

➔ Mon collègue se targue, avec le maire de Grigny, d’avoir été les 1ers à se préoccuper d’une liaison avec la gare de Brignais. J’ai fait inscrire au Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) le principe d’un Transports en Commun en Site Propre (TCSP) reliant la station de métro des hôpitaux à Brignais en 2005 alors que monsieur Odo n’était pas encore maire de Grigny ! Mais après tout, ses effets de manche sont dérisoires, on se rejoint ici au moins sur l’objectif d’un réseau de train express connecté au réseau TCL.  

➔ Monsieur Buffet n’a pas eu gain de cause sur le tracé qui avait sa préférence et remet en question les procédures démocratiques réglementaires, en brandissant même l’épouvantail d’une ZAD. En effet, un débat public encadré par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a eu lieu, à l’issue duquel un choix de principe pour le tracé court a été acté. Ce n’est pas ma conception de la démocratie même si j’entends que l’on puisse changer d’avis. Alors laissons chacun s’exprimer – les pour, les contre et ceux qui ont besoin d’information – puisqu’une enquête publique pour tous est prévue en 2021, pour examiner les conditions de la réalisation concrète du projet après des études techniques approfondies. 

➔ Quant à la critique de la « porte des hôpitaux » et de l’avenue de Gadagne qui constitueraient un méga aspirateur à voiture, il faut préciser : 

– Que la « porte des hôpitaux » est une porte secondaire pour Saint-Genis-Laval, Oullins et Pierre Bénite, tous les usagers en provenance de l’Ouest entreront par la « porte du Favier/Beaunant » (dans la zone industrielle). Dire le contraire c’est travestir la réalité. Des aménagements, sur le plateau des Barolles, sont prévus pour décourager le « shunt » des usagers en provenance du grand Ouest qui voudraient passer par cet itinéraire. A ma demande, une étude sur le sujet a été lancée par la Métropole. 

– Que l’avenue de Gadagne prolongée n’est certainement pas « un périphérique à ciel ouvert » ! 

Au contraire c’est : 

– L’accès des résidents locaux à la station de métro dans l’intermodalité et la complémentarité des modes doux : cette voirie accueillera les transports en commun mais aussi tous les modes de déplacements (covoiturage, vélos et piétons…). C’est déjà le cas sur le tronçon existant doté de seulement deux voies, de larges trottoirs et d’une piste cyclable. 

– La préservation du centre bourg de Saint-Genis-Laval avec moins de trafic sur l’avenue Clemenceau 

➔ Aujourd’hui les voitures sont là aux abords de l’hôpital avec la pollution que cela génère. L’Anneau des Sciences est enterré, il réduira donc la pollution (sans compter que dans 10 ans le parc roulant aura largement muté avec des véhicules plus propres : hydrogène, biogaz, électrique), et libérera de l’espace en surface pour les modes doux, apaisant ainsi nos centres villes, y compris celui d’Oullins. Cela permettra d’améliorer aussi l’accès des Métropolitains à ce centre hospitalier majeur. Une infrastructure enterrée est inenvisageable pour le tracé long qui serait, pour le coup, une vraie autoroute à ciel ouvert : plus long à réaliser, plus cher, sans parler des expropriations nécessaires. 

L’Anneau des Science est écologique, c’est ne rien faire qui est climaticide ! Je suis aussi attentif que mon collègue d’Oullins à la qualité de vie de nos concitoyens. 

Après avoir été pour la réalisation de l’Anneau des Sciences mais avec un autre tracé, puis très récemment avoir jugé qu’il était urgent de ne rien faire en demandant un moratoire (cf article du Progrès du 27/11/2019), monsieur Buffet revient donc à sa position initiale, à savoir un accord de principe pour l’Anneau des Sciences mais chez les autres (une belle illustration du syndrome NIMBY – not in my back yard !), plus tard et en aérien…et pendant ce temps-là on ne fait rien et la situation actuelle perdure. 

Les habitants de la Métropole méritent mieux. 

Roland CRIMIER 

Maire de Saint-Genis-Laval 

Vice-Président de la Métropole en charge de la transition énergétique 

Le direct