Hôpital Henry Gabrielle : un enjeu à l’échelle de notre agglomération et de notre ville

——————————————————————————————————————-

Dans le cadre du «Ségur de la santé» lancé le 25 mai dernier par le gouvernement nous avons demandé le réexamen du projet de transfert de l’hôpital Henry Gabrielle.

Nous avons toujours exprimé notre préférence pour le maintien d’Henry Gabrielle à St Genis Laval.
Son transfert à Desgenettes a été décidé dans le cadre d’un plan national de
réorganisation de l’hôpital public engagé et poursuivi depuis plusieurs années par les gouvernements successifs.

La crise sanitaire semble avoir fait évolué cette tendance de fond à l’échelle nationale avec le lancement par le gouvernement le 25 mai 2020 d’une grande concertation sur l’hôpital – «le Ségur de la Santé» – pour repenser son organisation avec des conclusions attendues pour mi-juillet.

Dans ce cadre nous avons attiré l’attention sur la situation d’Henry Gabrielle en demandant un réexamen à l’aune du nouveau plan hôpital en cours de construction.

Nous attendons désormais les conclusions du «Ségur de la santé» et surtout au-delà des mesures effectives qui seront retenues.

——————————————————————————————————————-

Cet hôpital de rééducation fonctionnelle dépasse largement les frontières de la région Auvergne Rhône-Alpes par sa spécialité de soins et la provenance de sa patientèle.

Son transfert à Desgenettes relève d’une décision conjointe des Ministères des Armées et de la Santé, ainsi que de l’Autorité Régionale de Santé (ARS) et des Hospices Civiles de Lyon (HCL).


Il y a lieu d’aborder son devenir au regard des éléments avancés, à savoir :

  • L’articulation de médecine civile et militaire pour mieux répondre aux traitements des traumatismes post attentats notamment.
  • L’état actuel des locaux vétustes dont la réhabilitation en site occupé est extrêmement difficile.
  • Le parcours de soins des patients avec la nécessité d’une proximité avec l’hôpital Neurologique de Bron compte tenu des pathologies des longs séjours.
  • La sécurité des parcours de soins dont certains nécessitent des allers retours fréquents vers l’hôpital Edouard Herriot ou celui de Neuro-Cardio
  • La comparaison Henry Gabrielle/Desgenettes avec en projet pour ce dernier :
  • Une balnéothérapie et un gymnase de rééducation fonctionnelle entièrement neufs et modernes
  • Des espaces végétalisés conformes aux obligations réglementaires (Plan Local d’Urbanisme et ARS)
  • Des lieux d’accueil des familles adaptés et une accessibilité efficace avec le métro et le tramway.

Quel devenir potentiel du site ?

Pour répondre à une question souvent posée, à l’échéance du départ le devenir du site St Genois doit s’aborder dans le cadre d’un projet maîtrisé et équilibré pour construire ensemble une dynamique durable :

La préservation des espaces verts :
L’extension du parc de Beauregard sur les espaces boisés classés (inconstructibles) d’Henry Gabrielle majoritaires sur ce site pour conforter les îlots de fraîcheur et le poumon vert du centre ville, accompagné d’un espace traversant l’avenue Foch.

L’accompagnement à l’éducation : L’extension du lycée Descartes avec la création d’une annexe pour répondre aux effectifs en hausse et au projet de créer des classes préparatoires aux grandes écoles.

La solidarité :
Le soutien à la création d’un EHPAD dans un bâtiment réhabilité et d’une résidence autonomie associée.

Le logement accessible :
Quelques dizaines de logements tout au plus pour améliorer le parcours locatifs et d’accession à la propriété des classes modestes et moyennes.

L’économie durable :
Le développement d’activités tertiaires et artisanales dans l’économie durable pour mettre en cœur de ville des emplois et éviter les déplacements des salariés dans le cadre des orientations développement durable du plan d’urbanisme dont la ville reste maître.

Le direct